Long | Chloé-Aïcha BORO

Vendredi 11 septembre | 15 h 45
Chloé-Aïcha BORO
Biographie en français

Née en 1978 au Burkina Faso, Aïcha Boro est une écrivaine et réalisatrice de films documentaires.
Après avoir collaboré à plusieurs revues et journaux burkinabés (La Voix du Sahel, Le Marabout) elle s’est peu à peu investie dans l’audiovisuel : éalisation de courts métrages, assistante réalisatrice et présentatrice de l’émission TV Koodo.
Aïcha Boro a réalisé des longs métrages documentaires sélectionnés et primés dans de nombreux festivals : Farafin ko (2014), France-Au revoir, le nouveau commerce triangulaire (2016) et Le Loup d’or de Balolé.
En 2018, elle publie son nouveau roman Notre djihad de l’intérieur.

English Biography

Born in 1978 in Burkina Faso, Aïcha Boro is a documentary writer and director.

After collaborating with several burkinabé newspaper (La Voix du Sahel, Le Marabout) she took an interest for the audiovisual media: short film director, assistant director and anchor for TV Koodo tv show. 

Aïcha Boro directed documentary feature films selected and awarded in numerous festivals with: Farafin ko (2014), France-Au revoir, le nouveau commerce triangulaire (2016) and Balolé, the Golden Wolf

In 2018, she published her first novel Notre djihad de l’intérieur.

LE LONG

Vendredi 11 septembre | 15 h 45

Produit par Productions Métissées, Tarmak Films

Distribué par Sudu Connexion, Tënk

Le loup d’or de Balolé

Balolé, the Golden Wolf

2019

01:05:00

Documentaire

Au cœur de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, une carrière de granit où près de 2 500 personnes, hommes, femmes et enfants, travaillent dans des conditions dantesques pour trouver les faibles ressources qui leur permettent de survivre au quotidien… Le salaire journalier d’un homme est de l’ordre de 600 Francs CFA (environ un euro), celui d’une femme ou d’un vieillard est d’environ 300 Francs CFA. Un enfant travaille pour à peine 200 Francs CFA par jour. Une population d’esclaves modernes, exploités par des vendeurs de pierre souvent peu scrupuleux, et qui vit en marge d’une société qui refuse de les voir. Le film propose une immersion dans la vie de ces milliers d’hommes, de femmes et d’enfants qui ont reconstitué une sorte de “ville dans la ville”, un purgatoire où les travailleurs se nourrissent de l’espoir d’en sortir.

Some 2,500 adults and children work in hellish conditions in a granite quarry in central Ouagadougou, on the fringe of a society that refuses to acknowledge them. But in 2014, revolution toppled Ouagadougou’s dictator and brought a whiff of freedom. With courage comes hope, especially for the children.

Les autres courts au long :